Le module HSS AvoidCorona se base sur le brevet HSS et le Modèle Blue, deux innovations (une technico-sanitaire, l’autre économique) orientées « solution » qui vont permettre de répondre à la situation actuelle. Voici les phases qu’englobent ces stratégies :

PHASE 1 : lancement de l’application

1.1 Le développement du module Virus HSS AvoidCorona, par la Fondation

cfr HSS AvoidCorona

 

Fonctionnement

Nous proposons de développer ce projet dans l’urgence à partir de la fondation BlueWorld Foundation.
Le brevet HSS a comme objectif de prévenir les personnes en cas de catastrophe et de manière géolocalisé, il va donc mettre à disposition aux citoyens qui en font la demande une application un ensemble de fonctionnalités liés aux différents types d’événements activés.
La page 11 du brevet HSS (en annexe), Fig. 3, présente une architecture de composants qui permettra de gérer en parallèle plusieurs types de crises et permet communiquer avec le citoyen en fonction de sa position.
Nous proposons de développer en urgence du module HSS AvoidCorona pour les citoyens (USER). Les références 2.1.1 & 2.1.2 & 2.1.3 & 2.1.4 représente le paragraphe qui contient les explications.

Interface utilisateur (2.1.1)

Application mobile donnant accès aux zones d’évitement, par géolocalisation et nous pourrions rapidement dans une seconde version intégrer les rencontres bluetooth.
Au premier démarrage de l’application mobile, il y aura une présentation précise du rôle de
l’application, ainsi que l’explication de sa fonctionnalité.
Toutes les garanties seront expliquées et renforcées par les objectifs de la fondation BlueWorld Foundation qui est en charge de ce développement pour les citoyens.

Ensuite, le citoyen passe à l’étape suivante et fait le choix suivant de son statut :
– (1) Personne ayant le virus COVID-19 (compteur virus = 100).
– (2) Personne côtoyant une personne ayant le virus COVID-19 et qui va bien (compteur virus = 50).
– (3) Personne qui a les symptômes du COVID-19 (compteur virus = 50).
– (4) Personne qui va très bien (compteur virus = 0).

Cette sélection donne directement accès à la carte d’évitement centrée sur sa géolocalisation.
Il y aura un compteur du nombre de personnes inscrites au service et un compteur de 0-100% de l’état potentiel viral calculé suivant ses déplacements et ses rencontres.

La carte d’évitement (calculée dans le 2.1.3) va montrer plusieurs types de zones :
– Zone grise (avec profondeur de gris, de plus en plus foncée en fonction de la densité des virus)
– Zone jaune (type (2) et (3))
– Zone blanche OK, pas ou plus de virus (par rapport aux affiliations)
L’application mobile va collecter les positions toutes les 5 minutes et va les envoyer toutes les heures au serveur ou dès qu’il y a du réseau.

 

Information compteur potentiel d’infection viral
En fonction du temps passé dans les zones et en fonction des rencontres calculées, le compteur va évoluer (voir calcul 2.1.3).
L’utilisateur verra alors son compteur augmenter et pourra réagir en fonction de son état et
adapter la situation pour le faire correspondre avec la réalité.
Malgré cette évolution, le compteur peut être adapté par le citoyen en fonction de son état à 3 valeurs : 0-50-100 et ainsi rectifié les calculs.
Si la personne l’adapte son compteur à (0% ou 100%), on présume qu’elle a eu un résultat et on lui demandera depuis quand vous pensez avoir été infecté (en jours).
Cette information va générer une rectification de la carte (voir calcul 2.1.3)
Quand un citoyen rentre dans une zone, il reçoit des informations.

 

Traitement backup Office : MInfo HSS (2.1.2) 

Ce module central de HSS va contenir toutes les couches (toutes le cartes) reçues des modules ; au départ, il y aura 3 cartes :
– La carte de densité de population
– La carte d’évitement COVID-19 calculée par le module « AvoidCorona»
– La carte des zones de confinement ainsi que les messages barrières entre les zones
communiqué par le module « security » .
Ce module central va gérer les accès à la base de données contenant toutes les informations des utilisateurs (des citoyens) et leur géolocalisation en fonction du temps dans une base de données sécurisée.

 

Module AvoidCorona (2.1.3)

Création de la carte virus COVID-19

Ce module va calculer la carte de la couche virus.
L’accès aux informations de géolocalisation se fait toute les 5 min permettant de calculer le temps de vie du virus et la création d’une zone de 20 m autour du point de géolocalisation.

En déplacement, les personnes de type (1) laissent une trace virus grise (avec transparence 50%) avec un temps de vie du virus de 12h, ce qui va créer la carte d’évitement.
En déplacement, les personnes de type (2) ou (3) laissent une trace jaune (avec transparence 50%) avec un temps de vie du virus de 12h, ce qui va compléter la carte d’évitement.
Avec le temps, ces zones vont s’atténuer, les traces vont disparaître.
Après 12h, la trace a disparue.
Si la vitesse de déplacement d’une personne est supérieure à 20 km/h, on ne tient pas compte de la trace de déplacement, il fait alors un déplacement confiné (en voiture).

Actions sur la carte virus relatives à la modification d’un compteur potentiel d’infection viral
Si une personne saine (4) ou ayant un doute (2 ou 3) croise le chemin d’une personne ayant un virus et qu’elle reste dans une zone active durant 1 heures, son compteur va augmenter de 10.
Si une personne saine croise le chemin d’une personne ayant un doute (3 ou 4) et qu’elle reste dans une zone active durant 1 heures, son compteur va augmenter de 5.
Si une personne a adapté son compteur, on va étudier l’historique des positions en fonction du nombre de jours et voir les personnes inscrites qui auraient été influencés pour modifier leur compteur et mettre à jour les traces en fonction de la modification.

Gestion Interne
Suivant la réaction de la population et de la situation réelle, il sera possible aussi d’adapter les paramètres liés à la vitesse d’infection viral. Ce modèle pourrait être soutenu par des universités.

 

Interface le département de crise : module « security » (2.1.4 )

Le département de crise possède la liste des personnes s’occupant de la gestion de cette
interface. Le département de crise aura accès à la carte et pourra éditer des types de zones.
Type 1 : Zone de confinement
Type 2 : …
Pour chaque type de zone, il y aura des recommandations
Les citoyens verront les zones et auront accès aux recommandations.

 

Gestion de la vie privée (2.1.5)

La gestion de la vie privée est le point le plus important, l’application est un service citoyen, la géolocalisation est utilisée uniquement pour ce service.
Cette géolocalisation ne sera jamais utilisée pour communiquer une information qui n’est pas demandée, ni pour vendre un profil ou l’utiliser pour d’autres objectifs qui n’ont pas été demandés.

D’un point de vue technique le module « security » (2.1.4) n’a pas accès aux données mais uniquement aux cartes pour dessiner leurs cartes pour éditer le type de zone et gérer les messages et recommandations.

Le fait que le département de crise sous-traite le développement du module virus à la fondation BlueWorld Foundation donnera un signal fort et toute cette crédibilité, ce sera un point majeur de la présentation du produit aux citoyens.

La fondation BlueWorld Foundation voulant par la suite développer pour les citoyens un outil d’entraide HSS et un outil de gestion de l’information à travers une entreprise d’un nouveau genre, une entreprise Blue, entreprise détenue par la fondation 70% pour assurer le contrôle de la gestion de l’information et de la vie privée.
Construire une réponse économique qui remet l’homme et la nature au centre des transactions commerciales.
Assurer aussi l’utilisation bienveillante des informations.

La fondation BlueWorld Foundation va garantir qu’elle ne donnera pas d’informations de
géolocalisation des citoyens à l’état, les informations de traitement pour le département de crise seront épurées de toutes données.

Un ID sans référence de personne avec géolocalisation sera à la base de la gestion des cartes et sera utilisé pour présenter les statistiques et les analyses.

 

1.2 Phase Pilote

L’application sera mise en production pour un nombre réduit d’utilisateurs pour créer une phase
pilote de 15 jours de manière à dimensionner avec précision l’infrastructure nécessaire sur base
de la chaine complète locale (mobile – télécom – provider – serveurs – DB).
Ce test permettra de vérifier tous les mécanismes et de corriger et optimiser l’application si
nécessaire. Il permettra de dimensionner avec plus de précision les besoins en infrastructure et en calcul.

 

1.3 Déploiement suivant la stratégie marketing de l’Etat

Dans le cadre du suivi du projet, cette phase de communication à travers les médias permettra la
communication de l’application et la communication du cadre lié à la vie privée.
Un plan de communication devra se mettre en place pour garantir une diffusion urgente de
l’application en attendant la phase 2.
Nous pourrons montrer que cette phase 2 est essentielle pour augmenter l’efficacité de cette
communication et le téléchargement de l’application.

 

1.4 Gestion du projet

La transparence et la bienveillance sont au cœur du projet.
Sur base des moyens demandés, la fondation va acheter les services à ses partenaires techniques
pour développer le projet au prix des coûts des cadres de l’administration.
La fondation va utiliser la technologie eRoom pour faire le suivi du développement et va utiliser
la technologie funkitime pour calculer les prestations exactes des partenaires.
Ces applications seront accessibles par le responsable du projet au département de crise.
Le budget pour l’application pourrait évoluer en fonction des remarques et de différentes
demandes en cours du développement.

 

PHASE 2 : Développement du module Communication de HSS

2.1 Déploiement de l’application web HSS

Fonctionnement web HSS

Voici une vidéo qui explique le processus lié à HSS pour une campagne de communication
classique :

Nous allons réaliser, dans cette phase, une interface WEB avec les couleurs de BlueWorld
Foundation pour les campagnes de l’application AvoidCorona et avec le département de crise comme partenaire.
Nous définirons un code (par exemple : CORONA) à envoyer par SMS à un numéro le plus court possible, si le comité de crise peut nous faire obtenir un numéro à 3 chiffres, nous augmenterons l’efficacité de la communication.
Ce numéro à 3 chiffres pourra être utilisé par la suite pour d’autres campagnes qui touche les citoyens (phase 4, 5, 6).
L’envoi de l’SMS va créer une environnement utilisateur sur Internet et déposer directement la documentation liée à l’application AvoidCorona à une distance de 1 clic et permettre le téléchargement.

 

Intégration dans le réseau télécom de l’application WEB HSS

C’est la création d’un interface WEB pour les citoyens, interface, basé sur leur numéro de
téléphone sans pré-enregistrement. Cette partie du procédé HSS va permettre d’augmenter l’efficacité de communication de l’application HSS AvoidCorona
Ce point correspond à câbler techniquement l’application avec les opérateurs sur un numéro de téléphone dédié.
Chaque opérateur a une interface de communication permettant d’envoyer et de recevoir des SMS en tcp/ip et permettre ainsi le retour par SMS du numéro de téléphone pour créer un environnement utilisateur.
Les coûts du numéro et du trafic seront supportés par l’État.

 

2.2 Déploiement de cette nouvelle communication avec le département de crise

Le département de crise pourra intégrer ce code lié au numéro à trois chiffres dans tous les
affichages, communiquer cela dans tous les JT, à toutes les conférences de presse.

 

 

PHASE 3: Analyse des résultats

3.1 Recommandations en fonction des mouvements des citoyens.

La carte va probablement montrer des concentrations de virus importantes, dans ces zones, les recommandations iront vers les acteurs qui ne bougent pas de ces zones et probablement des commerçants.
Pour éviter la propagation de la contamination, il sera recommandé d’avoir des masques au cœur de ces zones.

 

3.2 Possibilité de gérer le confinement de manière plus précise

Quelques réflexions :
La relation avec la carte de densité de la population va donner une sensibilité au facteur de la propagation vu son potentiel.
Pour éviter la propagation, le confinement de ces zones croisé avec la densité de virus pourraient être intéressant.
Apporter des masques à ces zones contaminées permettrait donc de diminuer la propagation du virus par des personnes sans symptôme.
De ce fait, le redémarrage de l’économie se fait hors de ces zones.
D’autre part, les récoltes n’attendront pas la fin de la pandémie pour pourrir sur place…
Il sera nécessaire de gérer un dé-confinement précis et permettre l’accès aux champs pour faire ces récoltes.

Pour un déconfinement progressif
Le statut des personnes va intervenir en fonction des zones :
– priorité sur les personnes pouvant être actifs
– attention aux personnes à risque

Statut personnes des personnes prioritaires à être actifs :
1. Les personnes soignantes, secteur alimentaire, énergie, transport
2. Personnes immunisées – tests sérologiques +
3. Les enseignants et étudiants
4. Les magasins , Les restaurants , bar, les pensionnés

Statut des personnes à risque
• Ceux qui ont eu un test serologique + , risque bas
• Ceux risque serologique – , risque moyen
• Pensionnés , risque haut

Combinés les 2 statuts pour pouvoir gérer les déplacements.